Partager sur : Les conflits sont actuellement l'image la plus forte que nous envoie l'Afrique - surtout l'Afrique sub-saharienne à laquelle s'attache essentiellement notre dossier, et cette image en suscite d'autres aussi négatives. Un conflit est toujours d’intérêt, entre des acteurs dont l’un au moins remettant en cause les procédures de régulation qui fondent l’ordre social et politique préexistant, se mobilise au nom de la justice en développant un discours de victimisation et en … Seul ombre au tableau, il reste en tête de liste des continents le plus touchés par les conflits et les crises. Accueil > Actualités > International • • mercredi 22 septembre 2004 à 07h19min. Si la vague d’essais démocratiques du début des années 90 a laissé entrevoir beaucoup d’espoir chez les peuples africains, force est de constater que les exemples probants d’alternance à la suite d’une élection libre et honnête demeurent rares Poursuivant, M. Guterres a rappelé que le récent accord conclu au Soudan, négocié par l’UE et l’Éthiopie, offre à la communauté internationale l’occasion d’appuyer la paix « dans un pays en proie à de terribles conflits et de nombreuses souffrances ».  Et son Représentant spécial pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, a encore fait valoir le haut fonctionnaire, a mené des efforts communs avec la CEDEAO et l’UA pour soutenir des processus électoraux pacifiques et inclusifs en Sierra Leone, au Nigéria et au Sénégal.  Il a ensuite identifié le terrorisme comme une menace croissante pour tout le continent.  « Au Sahel, des groupes terroristes attaquent régulièrement les forces de sécurité locales et internationales, y compris nos Casques bleus de la MINUSMA.  La violence se propage vers les États côtiers du golfe de Guinée.  Au Nigéria, Boko Haram et ses factions dissidentes terrorisent les communautés locales et attaquent les forces de sécurité, malgré les efforts de la Force multinationale mixte.  Nous voyons des réseaux terroristes se propager dans toute la Libye et l’Afrique du Nord, s’étendre à travers le Sahel jusqu’à la région du lac Tchad et apparaître en République démocratique du Congo et au Mozambique.  C’est une bataille que nous ne sommes pas en train de gagner », a mis en garde le Secrétaire général.  Selon lui, il ne s’agit pas seulement d’une question régionale, « mais d’un danger évident » et immédiat pour la paix et la sécurité dans le monde.Â. Afrique Les conflits identitaires fragilisent des Etats en Afrique . La prévention durable des conflits nécessite de s'investir dans les cultures de la paix et de disposer d'institutions formelles et informelles dédiées à la résolution non violente des conflits. Nous avons également débattu du rôle important de la Banque africaine de développement et de ses partenaires dans le cadre du New Deal pour l’engagement dans les États fragiles. Ajoutez-le à votre liste de souhaits ou abonnez-vous à l'auteur Abakar Tollimi - Furet du Nor Planification opérationnelle et gestion militaire des conflits internes en Afrique centrale, Alain Roger Mossa, L'harmattan. Sécurité alimentaire et hydrique (15,1%) Une jeune fille porte un bidon d'eau, dans la ville de Jarablus, à la frontière turco-syrienne, 31 août 2016. Mais elles ne forment qu’une partie d’un puzzle beaucoup plus complexe, où les questions économiques, sociales, religieuses ont aussi leur place. FemWise-Africa était ainsi au Burundi en juin dernier pour prendre contact avec les parties prenantes à la veille des élections générales.  La délégation a été frappée par le fait que les Burundais eux-mêmes étaient très réceptifs à cette initiative; « c’est un bon exemple de diplomatie préventive qui doit être répliqué », a-t-elle estimé.  Le réseau a également organisé une réunion en Algérie sur l’initiative de l’UA « Faire taire les armes d’ici à 2020 »: la vraie question est, « y arriverons-nous »?  Comment renforcer le rôle et le leadership de femmes? La représentante a cité les résultats obtenus en Gambie et en Guinée-Bissau comme des exemples de l’efficacité de l’implication des acteurs sous-régionaux.  Concernant la République centrafricaine, elle a estimé que les visites conjointes de haut niveau UA - Nations Unies constituaient « un outil efficace de suivi de la situation ».  Au Burkina Faso, au Niger et au Nigéria, elle a salué le travail de renforcement de capacités mené par le Bureau des Nations Unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel afin de prévenir « les conflits entre éleveurs et agriculteurs et les conflits de nature communautaire », une tâche qui mérite selon elle une approche régionale.Â, La complémentarité entre acteurs sous-régionaux, régionaux et les Nations Unies est tout aussi importante pour les missions de médiation a estimé la représentante, saluant au passage des « progrès accomplis dans l’opérationnalisation de l’Unité de soutien à la médiation de l’Union africaine et le dépècement du réseau de femmes médiatrices FemWise-Africa. », M. LUIS UGARELLI (Pérou) a plaidé pour une meilleure intégration des organisations régionales et sous-régionales en matière de prévention et de résolution pacifique des conflits.  De son point de vue, il faudrait analyser et tirer profit de l’expérience acquise avec l’Architecture de paix de l’Union africaine et les mécanismes d’alerte précoce mis en place sur le continent.  Pour aller plus loin, il faudrait selon la délégation également créer des mécanismes innovants destinés à surmonter les éventuelles réticences de certains États à agir de façon préventive en situation de crise.  De tels mécanismes seraient pertinents dans des cas où les processus électoraux de pays en transition ou en consolidation de la paix peuvent éviter le retour à l’instabilité.  Il serait également avantageux de compléter ces mécanismes par des systèmes nationaux, a ajouté le représentant.Â, Quand l’ONU, l’UA et les autres organisations sous-régionales coordonnent leurs efforts, « c’est là que nous réussissons le mieux », a estimé M. JONATHAN GUY ALLEN (Royaume-Uni).  Il faut créer suffisamment d’espace pour permettre aux organisations régionales de jouer leur rôle et celles-ci doivent faire des progrès, notamment au Burundi pour sortir de la crise avant les élections de 2020.  Cependant, il n’y a pas de solution adaptée à tous les conflits: en Libye par exemple, la communauté internationale doit suivre une feuille de route unique en appuyant le rôle de l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour ce pays, mais ça ne signifie pas qu’il faille minimiser les voix des acteurs régionaux, a fait remarquer le représentant: il faut en fait mobiliser tous les acteurs; la prévention des conflits nécessitant des capacités d’analyses et des ressources considérables.  La semaine dernière, le Conseil a discuté de la mobilisation de la jeunesse, dont la contribution, comme celle des femmes, est indispensable, a-t-il ajouté, avant de saluer le réseau FemWise-Africa.Â. que l'on peut résoudre les conflits avec le temps. Dans un contexte de mondialisation et de fin de la guerre froide, les conflits armés ont changé de nature. Tout en saluant le renforcement de la coopération en amont des conflits entre l’Union africaine et l’ONU depuis la signature, en 2017, d’un Cadre stratégique pour un partenariat renforcé en matière de paix et de sécurité, la Côte d’Ivoire a prévenu que les efforts conjoints ne seraient efficaces que s’ils reposent sur l’identification des signes précurseurs des conflits, en tenant compte de divers indicateurs sociopolitiques, économiques, climatiques et environnementaux. Si la meilleure façon d’épargner les souffrances des conflits aux populations c’est de les éviter, M. ANATOLIO NDONG MBA (Guinée équatoriale) a insisté sur le rôle de l’ONU et particulièrement du Conseil et des organisations régionales dans la prévention des conflits.Â. de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO),1 organisation régio-nale au départ essentiellement vouée à la promotion de l'intégration des économies des quinze Etats membres s'est progressivement transformée, sous la pression des évènements politiques, en une organisation également chargée de trouver des solutions aux conflits armés et autres crises politiques qui mettaient en péril. ... Bernard Lugan décrypte les conflits actuels en Afrique de l'ouest [Interview] - Duration: 59:39. PRINCIPALES SOURCES DES CONFLITS EN AFRIQUE. Hicham El Moussaoui - Le 9 septembre 2009. Entretenant des armées nombreuses, hyper-équipées mais néanmoins bien trop faibles pour faire face ensemble ou séparément à d’éventuelles armées coalisées comme ce fut le cas en Lybie, les pays du Maghreb font le jeu des puissances qui les fournissent en matériels militaires pour d’hypothétiques conflits intra-maghrébins qui les maintiendrait pour longtemps en marge des … Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) a consacré sa 706ème réunion tenue le 26 juillet 2017 à une séance publique sur le thème: les enfants soldats/enfants non scolarisés dans les conflits armés en Afrique. I-2-1 : les causes exogènes historiques . Du Bois de Gaudusson J, Gaud M. En général, les pays des Grands Lacs et de la Corne de l’Afrique ont subi des conflits et des guerres à diverses reprises et à divers niveaux. Le fait qu’elle soit souvent appliquée pour expliquer les conflits en Afrique ne veut pas dire qu’elle est pertinente. Pour le Secrétaire général, aucun doute: le développement durable et inclusif, s’il est un but en soi, est aussi le moyen le plus efficace de traiter les causes profondes des conflits, de l’extrémisme et du terrorisme.  « Pour prévenir les conflits et bâtir des communautés et des sociétés résilientes, il est essentiel de lutter contre la pauvreté et les inégalités, de renforcer les institutions publiques et la société civile et de promouvoir les droits humains, des objectifs qui sont au cœur du Programme de développement durable à l’horizon 2030 comme de l’Agenda 2063 de l’UA ».  La lutte contre la crise climatique est une autre mesure préventive indispensable, a-t-il exhorté.  Les risques liés aux phénomènes climatiques, notamment les sécheresses, les inondations et l’évolution des régimes pluviométriques, se conjuguent souvent aux facteurs politiques, sociaux et économiques.  « Nous devons de toute urgence réduire les émissions afin d’éviter des conséquences catastrophiques », a plaidé le Chef de l’Organisation.  En outre, près de la moitié des 1,3 milliard de personnes vivant en Afrique est âgée de moins de 15 ans.  Offrir à cette génération des opportunités en matière d’éducation, de formation et d’emploi doit être au cœur de toute stratégie de développement, sachant aussi que les femmes et les jeunes sont des « acteurs clefs de l’édification de sociétés pacifiques ».Â. Ces crises occasionnent aussi des mouvements massifs de populations réfugiées et déplacées (Rwanda, Burundi, République démocratique du. A ce titre, elle travaille à fortifier les standards électoraux en Afrique de l'Ouest et facilite des échanges d. Les solutions de prévention et de réduction des risques de conflits sont évidemment complexes et diverses. Cela fait partie de la vie d'une communauté du fait des différences liées à l'éducation, au milieu social. L'Afrique connaît une baisse de la conflictualité depuis le début du XXIe siècle, mais elle demeure le continent où le nombre de victimes, du fait des conflits armés, est le plus élevé. La participation des femmes permet de mieux comprendre les causes des conflits et des alternatives possibles Récurrence des conflits armes en Afrique de l'Ouest : causes, conséquences et approches de solutions. Notre rapport propose des solutions prospectives qui pourraient contribuer à atténuer les causes de conflit, même si nous reconnaissons qu'une. Causes et constantes des conflits en Afrique Les conflits congolais, ivoirien et soudanais sont le produit de l’enchevê-trement entre des causes structurelles et des éléments conjoncturels, qui contribuent à leur donner de l’intensité. La résolution traditionnelle des conflits au Mali, depuis les siècles qui ont précédé la civilisation arabo–islamique et plus récemment malgré l’apport de la civilisation occidentale, s’est toujours effectuée sur les valeurs et règles endogènes des traditions maliennes. Or, il n’en est pas ainsi des produits en provenance du Nord dont les prix sont fixés par leurs producteurs. Le fait qu’elle soit souvent appliquée pour expliquer les conflits en Afrique ne veut pas dire qu’elle est pertinente. En suite, en ce concerne la consécration de la notion d'ingérence humanitaire, les atrocités commises lors des conflits armés internes en Afrique sont telles 199 que la protection de la population civile s'est posée de plus en plus avec acuité. L'ethnie tue ! Des experts s'engagent même à affirmer que l'Afrique semble partir sur une bonne base de développement croissant. 14. Au-delà de l'analyse des causes des conflits africains, l'auteur privilégie une étude critique des instruments africains de règlement de conflits mis en place par l'OUA et met en lumière leurs limites. Pour l'Association africaine des hautes Juridictions francophones --- Les modes alternatifs de règlement des conflits en Afrique : défi ou évolution de la justice classique --- Dixième session de formation Mardi 24 octobre 2017, à Porto-Novo. La résolution (par le financement de la mise en œuvre des solutions arrêtées) des conflits. 22. C'est le cas dans certains conflits. M DIAN TRAINSAYAH DJANI (Indonésie) a déploré que le Conseil et la communauté internationale soient souvent trop occupés à réagir aux conflits pour avoir le temps de les prévenir car cette approche n’est pas soutenable et trop coûteuse.  Se tourner vers une culture de la prévention est donc une nécessité et une approche doit être adoptée en ce sens.  Le Conseil peut ainsi renforcer sa coopération avec les autres branches du système des Nations Unies pour adopter approche globale.  En effet l’ONU ne manque pas d’outils de prévention, a fait observer le représentant, en citant les exemples du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ou de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), qui œuvrent à la promotion de la bonne gouvernance.Â, Cependant, l’ONU ne peut agir seule pour prévenir et résoudre les conflits en Afrique, a poursuivi le représentant.  Alors que les peuples aspirent à un continent à l’abri des conflits, les organisations régionales et sous régionales jouent un rôle croissant et il faut garantir et consolider avec elles un partenariat robuste.  Pour l’Indonésie, il convient d’évaluer les avantages comparatifs de chacune de ces organisations, qui ont une connaissance sans pareil des conflits et des parties prenantes sur le continent.  Elles ont pour elles la proximité géographique et aussi un intérêt à résoudre les crises dès que les premiers signes de tension sont identifiés.Â. M. TIEMOKO MORIKO (Côte d’Ivoire) a déclaré que la signature, le 19 avril 2017 par les Nations Unies et l’Union africaine, du Cadre stratégique pour un partenariat renforcé en matière de paix et de sécurité avait institutionnalisé une coopération plus prévisible, systématique et stratégique entre ces deux organisations.  Cet instrument leur permet désormais d’intervenir plus rapidement et de manière plus cohérente et décisive pour prévenir, gérer et régler les conflits sur le continent.  Les efforts conjoints déployés par ces acteurs ne seront cependant efficaces que s’ils reposent sur l’identification des signes précurseurs des conflits en tenant compte de divers indicateurs sociopolitiques, économiques, climatiques et environnementaux.  C’est à cette condition qu’ils pourront prévenir le surgissement de crises, ou dans les cas où elles ont déjà éclaté, leur apporter des réponses efficaces et pérennes, a-t-il dit. Après avoir appuyé l’initiative Silence the Guns 2020 de l’UA, le Secrétaire général a évoqué le partenariat stratégique renforcé avec l’UA sur la paix et la sécurité, basé sur l’accord-cadre conjoint de 2017.  Un partenariat encore « démontré en février lorsque le Conseil a adopté à l’unanimité la résolution 2457 sur les mesures à prendre pour mettre fin aux conflits en Afrique grâce au renforcement de la coopération et du partenariat internationaux », a noté M. Guterres.  « Nos plus grandes missions de maintien de la paix se trouvent sur le continent africain et plus de 80 000 Casques bleus y servent.  L’Afrique est maintenant la plus grande région fournissant des contingents.  Nous devons à ces Casques bleus notre soutien solide et uni, grâce à un financement solide et à des mandats solides », a-t-il insisté.  La prévention des conflits est difficile à quantifier et peut ne pas faire l’actualité.  Mais aucune nouvelle n’est bonne pour les personnes au service desquelles nous sommes.  « La prévention présente d’énormes avantages », a-t-il ajouté, en concluant que l’engagement vigoureux du Conseil de sécurité, en coopération avec des partenaires régionaux et sous-régionaux, « est plus que jamais nécessaire » à cet égard. 13. Paix en Afrique: les solutions des présidents africains. Les huit plus graves crises alimentaires – dont la majorité située en Afrique – sont survenues dans des pays où se combinent conflits armés et accidents climatiques. Ceci impose que l’ONU les écoute et travaille avec elles.  De même, l’ONU doit veiller à toujours apporter son expertise politique et son soutien logistique aux missions de l’Union africaine, ainsi que des ressources adéquates, afin que l’Union africaine puisse assumer ses responsabilités, notamment par ses missions de paix. Les foyers de conflits en Afrique. (dir. Deux sujets cruciaux seront à l'ordre du jour de ce sommet: la résolution des conflits et la mise en place de la Zleca Les pères des indépendances en Afrique appartenaient tous à la société civile. Leur repérage et leur interprétation ne vont pourtant pas de soi ; leurs causes et leur enchaînement. Tracées exclusivement en fonction des décisions des chancelleries européennes, les frontières de l'Afrique contemporaine sont en fait l'héritage direct des décisions du traité de Berlin. Plongez-vous dans le livre La résolution des conflits frontaliers en Afrique de Abakar Tollimi au format . Des milliers de livres avec la livraison chez vous en 1 jour ou en magasin avec -5% de réduction FONCIER, TRANSFORMATION DE L'AGRICULTURE ET CONFLITS EN AFRIQUE DE L'OUEST : ENJEUX RÉGIONAUX SOULEVÉS PAR LES CAS DE LA SIERRA LEONE, DU LIBERIA ET DE LA CÔTE D'IVOIRE R evue historique SAH/D(2007)568 Février 2007 Transformation du monde rural et Développement durable en Afrique de l'Ouest Rural Transformation and Sustainable Development in West Africa . L'OMS promet une enquête solide sur des allégations d'abus sexuels visant des employés en. Le président Macky Sall prône pour une solution made in Africa dans la gestion des conflits qui ont cours sur le continent. Non pas que les ethnies soient une pure création de l’esprit. Ces conflits armés, outre leur impact direct sur la vie des populations ainsi que sur leur environnement moral et physique, obèrent gravement les maigres ressources des Etats, hypothèquent ainsi les chances du continent quant à son développement où les conflits en Afrique deviendront chose du passé. « La tâche d'identifier les causes et les solutions qui permettraient aux pays d'éviter ou de mettre un terme aux conflits est compliquée par le fait que la nature et la répartition géographique des conflits ont évolué. Les Jeunes dans les Conflits en Afrique Agence de Coopération et de recherche pour le développement L’Agence de coopération et de recherche pour le développement (ACORD), une alliance internationale à vocation africaine qui œuvre en faveur de la justice sociale et le développement en Afrique, travaille depuis trois décennies … Elles deviennent des refugiées avec leurs enfants, des survivantes», a-t-elle déploré. M. JUN ZHANG (Chine) a déclaré qu’il fallait aider les pays africains à régler leurs problèmes par eux-mêmes.  Il faut leur faire confiance et éviter de chercher à s’en occuper à leur place et de s’ingérer dans leurs affaires intérieures.  Pour le représentant, il est au contraire nécessaire de tirer profit des expériences régionales et sous-régionales, avant de souligner qu’il faut recourir aux mesures prévues au Chapitre VI de la Charte plutôt qu’à celles figurant au Chapitre VII, a insisté le représentant.  Il a également déclaré qu’accompagner les pays africains et promouvoir le développement durable est un moyen de stabiliser les pays du continent.  C’est exactement cela que s’emploie à faire la Chine, dont les contingents de Casques bleus sont déployés dans cinq pays africains.  La Chine est également présente depuis plusieurs années dans le golfe d’Aden, a rappelé le représentant, avant de préciser que son gouvernement avait versé 100 millions de yuans pour la création d’une force africaine et contribué à hauteur de 300 millions à l’opérationnalisation de la Force conjointe du G5 Sahel.  La Chine « aime et respecte l’Afrique et les Africains », a assuré en conclusion la délégation. Un conflit est toujours d'intérêt, entre des acteurs dont l'un au moins remettant en cause les procédures de régulation qui fondent l'ordre social et politique préexistant, se mobilise au nom de la justice en développant un discours de victimisation et en. En Afrique, l'eau est dans certaines régions du continent une ressource problématique. M. MANSOUR AYYAD SH. Durant les neuf derniers mois, ce qui restait de l'Etat centrafricain s'est effondré avec de graves conséquences humanitaires (400 000 personnes sont déplacées et presque la moitié de la population a besoin d'aide humanitaire). Achat Questions Internationales N° 5 Janvier-Février - Les Conflits En Afrique pas cher. La majorité des conflits naît des problèmes de gouvernance. ----- Mesdames les Présidentes et Messieurs les Présidents des hautes juridictions francophones, Mesdames et Messieurs les hauts magistrats Résolution des conflits en Afrique. La complexité des questions traitées et la violence cyclique que connaissait la région, prouvent que toute tentative sérieuse en faveur de la paix et de la sécurité dans la région doit s’appuyer sur une approche et un cadre régionaux, parce que les pays voisins ayant une meilleure compréhension que des acteurs extérieurs, ils en tirent davantage de légitimité et sont susceptibles d’apporter une réponse plus rapidement que l’ONU; d’autant qu’ils ont un intérêt direct à la stabilité régionale.  Son rôle en tant que Secrétaire exécutive, a-t-elle expliqué, était de faciliter le dialogue et d’essayer d’identifier les causes déclenchant les hostilités entre communautés et pays de la région: ce n’était pas facile mais comme le dit un vieux dicton, « si vous voulez faire quelque chose, demandez à une femme, si vous voulez juste en parler, demandez à un homme ». Le conflit ivoirien : enjeux régionaux. I-2-2 : les causes externes immédiates . Une géographie des conflits ne saurait se bâtir sans un scénario-type qui permette de dépasser la simple énumération. Des dirigeants qui cherchent à se soustraire aux limites de mandats, la résilience démocratique face aux conflits armés et les efforts de plus en plus manifestes d’acteurs extérieurs pour en façonner les résultats, tous sont des thèmes récurrents alors que l’Afrique s’apprête à tenir une douzaine d’élections présidentielles ou générales en … Les conflits entre agriculteurs et pasteurs sont très fréquents en Afrique notamment au Niger, où les affrontements finissent bien souvent par des morts, des blessés, sans parler des dégâts matériels. Le Comité consultatif permanent des Nations Unies sur les questions de sécurité en Afrique centrale, créé en 1992 sur la proposition des États de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale, ne peut, face aux multiples conflits de la région, dépasser, faute de moyens réels, le niveau déclaratoire. Information sur les conflits en afrique; - Les causes, les conséquences et les solutions - Aide Afrique vous aide. Il vaut mieux, en effet, prévenir que guérir et les mêmes causes entraînent les mêmes effets. Il y a consensus sur le rôle des Africains dans la résolution des conflits sur le continent, a affirmé Mme KELLY KRAFT (États-Unis), en regrettant que ce débat revienne sans cesse depuis 25 ans sans avancer.  « Il existe un large consensus sur le fait que la prévention, la gestion ou la résolution des conflits en Afrique exigent que les Africains eux-mêmes donnent le cap, en orientant les processus de paix et en favorisant la conciliation avec les parties prenantes locales.  Des parties extérieures telles que les États-Unis peuvent contribuer en fournissant un soutien pour faire avancer la recherche de la paix, mais la paix ne peut être imposée de l’étranger.  Pourtant, les conflits en Afrique ont des ramifications internationales, évidentes dans les flux de réfugiés et les dommages environnementaux, par exemple, mais aussi en termes purement humanitaires.  Un large consensus existe également selon lequel le vieil adage « mieux vaut prévenir que guérir » s’applique particulièrement aux conflits en Afrique, a souligné la représentante. Le délégué a appelé à « coordonner les efforts dans un souci d’efficacité », saluant le partenariat entre l’ONU, l’Union africaine et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui a porté ses fruits au Burkina Faso en 2015 et en Gambie en 2016.  Au Soudan, ce sont « l’Union africaine et l’Éthiopie qui étaient les plus à même de faire émerger un accord », les Nations Unies et « tous les amis du Soudan » ayant veillé à ne pas créer d’interférences.  M. de Rivière a, en conclusion, recommandé la présentation d’un rapport régulier du Secrétaire général afin d’évaluer les risques que les changements climatiques font peser sur la paix et la sécurité dans le monde. M. NEVILLE MELVIN GERTZE (Namibie) a déclaré que l’expérience de son pays tout comme celle du Soudan, témoignaient des succès que la médiation peut obtenir sur le chemin de la paix.  Depuis la création de l’ONU et du Conseil de sécurité, la nature des conflits a changé, a ensuite fait observer le représentant.  De ce fait, les Nations Unies et le Conseil de sécurité doivent s’adapter.  Le Conseil de sécurité ne doit plus seulement être réactif; il doit être proactif et jouer un rôle préventif dans les conflits.  C’est pourquoi il est important d’identifier les causes externes des conflits, comme les changements climatiques ou l’insécurité alimentaire, et de s’y attaquer.  La Namibie est en outre en faveur d’une coopération plus étroite entre le Conseil de sécurité et l’Union africaine.  Cette coopération doit se traduire aussi par un financement pérenne et prévisible des opérations de paix conduites par l’Union africaine et autorisées par le Conseil de sécurité, a-t-il plaidé.